L’association « Vérité pour la Vendée » informe les chercheurs et curieux

Les trois missions fondamentales de l’Association Vérité pour la Vendée » :

Reconnaissance du Génocide vendéen,
Rétablir la Vérité de la Guerre de Vendée dans les manuels scolaires,
Promouvoir les belles figures des grands généraux vendéens de cette Épopée.

La reconnaissance du génocide vendéen
Les premières démarches dans ce sens auprès des deux instances européennes, la Cour Internationale de Justice (TPI) de la Haye et la Cour Européenne des Droits de l’Homme de Strasbourg. Cette dernière a déjà répondu en enregistrant la plainte, et en précisant qu’elle allait examiner les références bibliographiques transmises soit plusieurs ouvrages sur les Colonnes Infernales et les mises au point d’historiens comme Reynald Secher et Alain Gérard. Rétablissement de la vérité dans les manuels scolaires
C’est un point fondamental, car en cachant la vérité du passé aux générations actuelles, on prend le risque grave de laisser le champ à la préparation d’un drame similaire à l’avenir. On connaît en effet la petite phrase d’Hitler devant les responsables nazis la veille de l’invasion de la Pologne : « Qui donc se souvient aujourd’hui des Arméniens ? ». Nous étions en septembre 1939 et le Génocide ne datait que de 24 ans ! C’est ainsi qu’en cachant l’Histoire, les États commettent des crimes semblables sans aucune réaction d’un peuple ignorant, qui s’il avait su, aurait pu prévenir ce nouveau crime.
Promouvoir les figures de l’épopée vendéenne
Clémence de l’Armée Catholique et Royale à l’égard des prisonniers
En effet, le premier trait caractéristique de la Grande Armée Vendéenne, c’est la clémence dont elle a fait preuve à l’égard des prisonniers (à l’inverse des soldats et des généraux républicains).
On peut rendre hommage à cette Armée Catholique et Royale qui n’a vraiment pas usurpé son nom. Elle s’est toujours comportée de façon chevaleresque.Le style de commandement paternaliste de l’Armée Catholique et Royale
C’est le second trait que nous aimerions voir figurer dans les manuels d’histoire de nos enfants. En voici quelques exemples :
À l’attaque de Fontenay-le-Comte, fin mai 1793, bien que blessé, Bonchamps dit à ses hommes : « Avancez mes enfants ! ».
À la reprise de Chatillon, le 5 juillet 1793, La Rochejaquelein dit : « Mes enfants, voulez-vous vous battre ? Ou si vous ne voulez pas vous battre, retirez-vous chez vous. Vous entendez bien là qu’on se bat à toutes forces. Si vous ne voulez pas vous battre, retirez-vous chacun chez vous et moi, je me retire. Vous ne me verrez pas davantage ».http://mickaelus.blogspot.fr/2006/12/lassociation-vrit-pour-la-vende.html

Dimanche 15 novembre 2015 -18 éme commémoration des noyades de Nantes

ob_21db7a_copie-2-de-noyades
http://souvenirchouandebretagne.over-blog.com/2015/11/15-novembre-2015-nantes-18eme-hommage-aux-victimes-des-noyades-1793-1794.html

Programme:
– 10 H 30 Messe en l’église de Notre Dame de Bon Port (construite sur l’emplacement de l’hôpital du Sanitat qui servit de prison)
– 11 H45 (après la messe) réunion devant le 2 rue général de La Moricière (emplacement de l’ancien Entrepôt des cafés, le Dachau nantais),
– Départ pour le pont Anne de Bretagne afin de procéder au parachutage de la gerbe dans la Loire.
– 13 H déjeuner au restaurant « La Taverne du Château »,

– 15 H Les prisons de Nantes pendant la révolution: L’Hôtel de Belisle (qui ne fut pas une prison mais le siège de la Commission Lenoir) la maison Saint Clément, La Visitation, L’Eperonnière, Le Bon Pasteur, Les Saintes Claires, Le Bouffay, Luzançais (domaine de La Hautière), les Petits Capucins.
17 H Fin de l’hommage aux Victimes des Noyades de Nantes, sous le règne de la « bienheureuse » révolution.
La participation demandée de 24 € comprend le prix du repas et la participation à la gerbe.