Les Bienheureuses Carmélites de Compiègne, figure du futur « Dialogue des Carmélites » de Gertrude Von Le Fort.

Les Bienheureuses Carmélites de Compiègne ”

La pensée de verser son sang pour Jésus-Christ comblait de joie la bienheureuse Thérèse de Saint-Augustin… *

Elle en éprouva une bien plus sensible quand elle entendit un jeune homme très pieux, qui venait d’accompagner Monseigneur l’Évêque de St-Papoul à Passy, où ce prélat était allé administrer une jeune personne de 15 ans, d’une vertu éminente.

Pendant qu’on lui récitait les prières… : « Ah ! mon Dieu ! Que vois – je ? Eh quoi ! Seigneur, le sang de Vos Confesseurs ne Vous suffit donc pas ?

« Il Vous faut encore le sang des Vierges Vos épouses !…

« Je vois un grand nombre de religieuses et en particulier une communauté, moissonnée par la faux révolutionnaire **.

« Je vois des vierges revêtues d’un manteau blanc, une palme à la main et le Ciel s’ouvrant pour les recevoir. »

La Révérende Mère Prieure des Carmélites de Compiègne fut vivement impressionnée de ce récit.

« Ah ! mon Dieu, s’écria-t-elle, pourrions-nous nous flatter que c’est notre communauté que le Ciel prédestine à une si grande faveur ?

« Dieu me garde, cependant, que cet ardent désir que j’ai de terminer ma vie par le martyre me fasse commettre la plus légère imprudence qui puisse être une occasion de peine pour mes Sœurs ! »

(Abbé Odon)

http://www.cassicia.com/FR/Martyre-des-Carmelites-de-Compiegne-Bse-Therese-de-Saint-Augustin-et-ses-compagnes-vierges-et-martyres-de-la-revolution-dite-francaise-Meditation-avec-l-abbe-Odon-No_765.htm

* Mère Thérèse de Saint-Augustin , née Marie-Madeleine-Claudine Lidoine, supérieure des Carmélites de Compiègne exécutées le 17 juillet 1794 pour avoir refusé de renoncer à leurs vœux monastiques. Elle a été déclarée Bienheureuse, avec l’ensemble des carmélites guillotinées le même jour pour le même motif, le 27 mai 1906 par le pape  Pie X .

** 16 religieuses sont guillotinées le 29 messidor  an II (17 juillet 1794), à la barrière de Vincennes, sur la place du Trône-Renversé (ancienne place du Trône, dénommée ainsi depuis 1792 actuellement place de la Nation).

Un martyr de la Révolution française Salomon Leclerq (1745-1792), bientôt canonisé

Frère Salomon Leclercq, bientôt canonisé. – RV

10/05/2016 13:35SHARE:

(RV) Le Pape François a autorisé ce mardi 10 mai la Congrégation pour la Cause des Saints de promulguer le décret validant un miracle attribué au Bienheureux Salomon Leclerq (1745-1792). Ce religieux français, Frère des écoles chrétiennes a été massacré lors de la Révolution Française pour avoir refusé de prêter serment à la Constitution civile du clergé. Les prêtres et les religieux devaient alors prêter serment de fidélité à la Constitution sous peine d’exil, d’emprisonnement et même de mort. Il fut arrêté le 15 août 1792, cinq jours après la chute de la monarchie et fut enfermé au couvent des Carmes, alors devenu une prison. Le 2 septembre, le massacre des prisonniers commence: prêtres, évêques, religieux et laïcs, au total, le mois de septembre 1792 sera particulièrement sanglant, avec la mort de 3000 personnes, en haine de la foi.

191 personnes dont le frère Salomon seront béatifiées par Pie XI le 17 octobre 1926. Le miracle qui lui est attribué a eu lieu au Venezuela, en 2007. Une fillette de 5 ans fut mordue à la jambe par un serpent très venimeux mais survécu. La communauté du foyer de religieuse où elle résidait pria intensément l’intercession du frère Salomon. Le miracle sera reconnu en 2011 par le diocèse de Caracas. Les Lassalliens ont encore une présence importante dans le pays.