Dix Ursulines, et une Clarisse, guillotinées à Valenciennes les 17 et 23 octobre 1794.

  
unknownEn octobre, durant la Révolution française, bien que la Terreur soit terminée                                                ( NDLRB : avec la  chute de Robespierre le 9 thermidor An II-27 juillet 1794
et son exécution, le lendemain)  les persécutions continuent.

Parmi les Ursulines emprisonnées à Valenciennes, onze sont guillotinées :

Le 17 octobre 1794
– Sœur Nathalie (Marie- Louise Vanot, 66 ans, de Valenciennes-59300-)
– Sœur Laurentine (Jeanne- Marie Prin, 47 ans, de Valenciennes-59300-)
– Sœur Marie -Ursule (Hyacinthe- Augustine Bourla, 48 ans, de Condé- sur- Escaut-59163-)
– Sœur Marie (Marie-Geneviève Ducret, 38 ans, de Condé- sur- Escaut -59163-)
– Sœur Augustine (Marie- Madeleine Desjardins, 34 ans, de Cambrai-59400-)
Le 23 octobre 1794
– Sœur Clotilde Angèle Paillot, (Clotilde Joseph, 55 ans, de Bavay- 59570-)-Mère supérieure
– Sœur Joseph Leroux, (Anne Joseph, 43 ans, de Cambrai -59400- Religieuse Clarisse
– Sœur Scholastique Leroux, (Marie Marguerite, 43 ans, de Cambrai -59400-)
– Sœur Anne Marie Erraux, (Augustine, 32 ans, de Pont-sur -Sambre- 59138-)
– Sœur Françoise Lacroix, (Liévine, 41 ans, de Pont- sur-Sambre -59138-)
– Sœur Cordule Barré, (Louise, 44 ans, de Sailly- en- Ostrevent -62490-)
       En 1920, elles sont proclamées « Bienheureuses » par le pape Benoît XV.
Et encore :
Avec la date de naissance des martyres .

Les condamnés à mort parisiens, de la Cour de Mai à la place du trône renversé, un des emplacements de l’échafaud.

440px-porte_charretiere_du_cimetiere_de_picpus
La porte charretière par laquelle les tombereaux entraient dans le cimetière de Picpus

Sous la Révolution française  entre juin et juillet  1794 , les condamnés à mort à la guillotine effectuaient une longue traversée de Paris  en charrette, qui les amenait de la Cour du Mai (dans l’enceinte du palais de justice de Paris  à la place du Trône-Renversé (actuelle place de la  Nation).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dernier_voyage_des_condamn%C3%A9s_sous_la_R%C3%A9volution_fran%C3%A7aise

Le frére Salomon Leclerc , un des rares canonisés de la révolution Française

Beaucoup d´entre vous savent qui est le Frère Salomon. Pour ceux qui ne le connaissent pas je me permets de vous en dire quelques mots brièvement : 1. Guillaume Nicolas Louis (c´était son nom) Leclercq, est né à Boulogne-sur-Mer (France), le 13 novembre 1745. Sa famille était une famille de commerçants et donc aisée. Une fois ses études terminées chez les Frères, ses parents voulaient qu´ il se dédiât aux travaux de la famille. Il préfère se faire religieux et entre au noviciat des Frères en 1767. Il fut successivement professeur de mathématiques, directeur du noviciat et économe du grand centre de Maréville. Il prit part au Chapitre général de 1787 dont il fut nommé secrétaire. Le Chapitre terminé, il devint secrétaire du Frère Agathon, Supérieur général.

Arrivèrent les journées terribles de la Révolution française. Les Frères furent obligés de se disperser pour fuir la persécution contre le clergé et les religieux. Il décida de rester pour garder la Maison Généralice de la Rue Neuve, à Paris, dans l´espoir de ne pas être découvert. Mais sans succès. Arrêté le 15 août 1792 il fut enfermé au couvent des Carmes transformé en prison par les révolutionnaires. Le 2 septembre, pour avoir refusé de prêter serment à la Constitution civile du clergé (une parodie d´Église indépendante du pape et rattachée au gouvernement) il fut décapité. Béatifié par le pape Pie XI le 17 octobre 1926 avec un groupe de 190 victimes de ces années terribles, Il était jusqu´en 1948 le seul béatifié de notre Congrégation.

solomonlc1
http://lasalle-dao.org/index.php/qui-sommes-nous/31-canonisation-du-frere-salomon-leclerc

Jules Claude Louis de Ripert ( Marquis) guilllotiné le 19 juin 1794.

Durant la Révolution, la commune de Montclar (04140) compte une société patriotique, créée après la fin de 1792. Le seigneur, Jules Claude Louis de Ripert, est impliqué dans le complot de Sainte-Amaranthe* et guillotiné le premier messidor An II (19 juin 1794), et le château vendu comme bien national.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Montclar_(Alpes-de-Haute-Provence)