A propos des contre-révolutionnaires des « Camps de Jalés » (Banne-07460).

http://leblogdumesnil.unblog.fr/2013/09/06/2013-68-ou-a-loccasion-du-220eme-anniversaire-du-martyre-de-labbe-claude-allier-leur-instigateur-et-leur-ame-on-rappelle-ce-que-furent-les-camps-de-jales/

Sous l’appellation camps de Jalès on désigne une série d’événements qui se sont déroulés immédiatement après la grande peur au début de la période Révolutionnaire, entre août 1790 et juillet 1792 (soit moins de 2 ans) dans le département de l’Ardèche sur le territoire des communes de Banne, Beaulieu et Berrias-et-Casteljau, dans le canton des Vans.

Il ne s’agit pas d’un mouvement isolé, mais de manifestations proches de celles que l’on retrouve dans l’Ain, le Comtat Venaissin, Arles, d’abord dans un contexte fédératif puis évoluant vers une réaction contre-révolutionnaire au fil du temps, souvent à la suite d’affrontements entre catholiques et protestants (Nîmes, Uzès), ou, comme les mouvements des « barbets » des Alpes-Maritimes, la chouannerie et les guerres de Vendée, s’opposant à l’installation des troupes républicaines

https://fr.wikipedia.org/wiki/Camps_de_Jal%C3%A8s

NDLRB . En activant le lien (Wikipedia) ci-dessus, vous retrouverez  les  caractères hyper-textes des liens  auxquels  conduisent  les mots   en  bleu ci-dessus. 

Publicités

Pélérinage sur les pas des martyrs d’Avrillé (49240)

79496839_o
http://images.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fp2.storage.canalblog.com%2F26%2F17%2F978697%2F79496839_o.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fshenandoahdavis.canalblog.com%2Farchives%2F2012%2F09%2F25%2F25185448.html&h=549&w=809&tbnid=J6-AYAogVrj6VM%3A&vet=1&docid=JpGwmB4fOS2wOM&itg=1&ei=8ZMkWP-AAsija5T9r7gF&tbm=isch&iact=rc&uact=3&dur=3534&page=0&start=0&ndsp=43&ved=0ahUKEwi_vaKTwp7QAhXI0RoKHZT-C1cQMwhDKCAwIA&bih=967&biw=1722

 

 

 

Les restes de Béatrice Cenci victime potentielle de la révolution française

Le pape dépêcha sa police afin d’enquêter sur l’affaire. L’amant de Béatrice fut torturé et mourut sans révéler la vérité mais les trois membres de la famille Cenci furent tout de même arrêtés, reconnus coupables et condamnés à mort.

Le peuple de Rome au courant des raisons de l’assassinat protestèrent contre la décision du tribunal et obtinrent une suspension de l’exécution. Mais le Pape Clément VIII refusa la grâce et le 11 septembre 1599 à l’aube les condamnés furent conduits à l’échafaud sur le pont Saint-Ange.

La mère et la fille furent décapitées. Le jeune frère de 15 ans fut condamné aux galères et ses biens furent confisqués par le pape.

Béatrice Cenci (Rome, 5 février 157711 septembre 1599) fut enterrée dans l’église de San Pietro in Montorio à Rome, sa tête coupée reposant sur un plat d’argent. La tombe fut profanée en 1798 par les soldats de Bonaparte qui fouillaient les sépultures à la recherche d’objets précieux et de plomb pour fondre des balles. La tête de Béatrice disparut à ce moment là et ne fut jamais retrouvée.

http://lesaventuresdeuterpe.blogspot.fr/2012/03/beatrice-cenci-fille-dincestueur.html