Pierre-Charles Paquereau, de la Boissière-de-Montaigu,  tué à la bataille du Mans le 12 ou le 13 décembre 1793… 

Pierre-Charles Paquereau, de la Boissière-de-Montaigu,

tué à la bataille du Mans le 12 ou le 13 décembre 1793…

Pierre-Charles Paquereau....

Après la bataille de Cholet, le 17 octobre 1793, quatre mille hommes sous le commandement de Talmont et d’Autichamp s’assurent le passage de la Loire dans la nuit du 17 au 18 en traversant le fleuve à Saint-Florent et en délogeant le poste bleu de Varades. Le vendredi 18 octobre, Pierre-Charles Paquereau traverse la Loire avec l’armée vendéenne. Il participe à tous les combats de la Virée de Galerne et est tué à la bataille du Mans, le 12 ou le 13 décembre 1793*.

* L’acte de mariage du fils de Pierre-Charles :  Pierre-François Paquereau, en date  du 4 février 1811 à Saint-Georges-de-Montaigu (vue n°79/125) nous informe que Pierre-Charles Paquereau serait mort le 8 septembre 1796 à Saint-Georges. Aucun acte de décès n’a été découvert à cette date.

Pierre-Charles Paquereau est né le 15 août 1760 à la Jousselinière, paroisse de la Boissière-de-Montaigu. Il est le fils de Pierre Paquereau  et de Renée Dixneuf, mariés le 14 mai 1755 à la Boissière. Il épouse le 25 janvier 1785 à Saint-Georges-de-Montaigu, Gabrielle Sachot née le 3 février 1759 à Saint-Georges-de-Montaigu, fille de Jean Sachot et de Marie Favreau. En 1793 il est domestique dans cette paroisse.

De cette union sont issus :

1° Pierre-François Paquereau, né le 20 octobre 1786 à Saint-Georges.

2° Jeanne Paquereau, née en 1790, mariée le 26 février 1814 avec Alexandre

     Rambaud à Saint-Georges.

  Le 15 février 1817, Gabrielle Sachot dépose une demande de pension comme veuve de soldat vendéen. Sa demande est enregistrée sous le numéro 99 – (SHD XU 39-5, vue n° 8/41 – 15 février 1817). «  N°99 – Sachot Gabrielle, née en 1758 – Paquereau Pierre – tué au Mans – soldat de l’armée Vendéenne – indigente – domiciliée à Saint-Georges-de-Montaigu. »

Pierre-Charles Paquereau....

Pierre-Charles Paquereau....

Elle est proposée pour une pension de 40 francs. Cette pension lui sera versée jusqu’en 1830.

NDLRB. Pas  besoin d’être grand  clerc pour deviner  que le séisme  qui a entraîné l’avénement au pouvoir  de Louis-Philippe a sans doute entraîné l’arrêt du versement de la pension.

Gabrielle Sachot décède chez sa fille Jeanne à la Déderie à Chavagnes-en-Paillers le 24 juillet 1830. (Registre de l’Etat Civil de Chavagnes-en-Paillers année 1830, vue n°186/458).

Sources: Archives Départementales de la Vendée tous droits réservés. Dossiers de pensions, vue n°8/41-  SHD XU 39.5 du 11 février 1817 – Registres d’état civil des communes de Saint-Georges-de-Montaigu, Chavagnes-en-Paillers, la Boissière-de Montaigu – Photo : les charniers du Mans de Vendéens et Chouans.

Xavier Paquereau pour Chemins Secrets

http://chemins-secrets.eklablog.com/pierre-charles-paquereau-a130788834

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s