Le 28 Vendémiaire de l’an 8 (20 octobre 1799), attaque de Nantes,  les royalistes fusillent quelques noyeurs de Carrier…

Le Dimanche 20 octobre 1799… « Dès quatre heures du matin, d’Andigné, après une vive fusillade, s’emparait des quais de l’Erdre; Chatillon et le chevalier de Brégent attaquaient la porte de Vannes. Bientôt maîtres de la place Viarme, où Cathelineau et Charette ont trouvé la mort, leurs soldats font retentir un immense cri de Vive le Roi ! Ils s’y jettent à genoux et prient pour les deux héros qui ont si glorieusement illustré leur cause. De la place Viarme, les Chouans se répandent dans la ville ; le canon d’alarme ne cesse d’y retentir de minute en minute. Au bruit de la mousqueterie qui se fait entendre sur divers points, les Nantais perdent la tête. Un brouillard qui survient et qui empêche les gardes nationaux de se rallier augmente le tumulte et l’effroi. Les paysans profitent habilement de ce moment de terreur ; postés sur chaque place et maîtres des principales rues, ils font sur les masses en désordre un feu meurtrier. Savariau, juge au tribunal civil, qui a réuni un certain nombre d’habitants, et Pellerin, qui veut venger son père tué dans les landes de la Vendée, périssent malgré leurs efforts désespérés. Davy, qui est accouru au Port-Communeau avec deux bataillons, y est frappé mortellement, le maire Saget à la cuisse cassée par une balle sur la place de l’Egalité.

En quelques minutes, toutes les autorités sont mises hors de combat, soixante huit noyeurs de Carrier qu’on signale aux envahisseurs sont passés par les armes. Cependant on résistait vigoureusement au Change, au Port-au-Vins, à la Halle Neuve, sur les cours, dans les rues du Moulin-des-Larmes, de Briard, de Gorges et sur les places de l’Egalité et du Bouffay. Tête Carrée, qui s’était évadé de cette dernière prison, s’y dirigea pour délivrer trois prêtres, selon la promesse qu’il leur avait faite. Quinze autres royalistes qui étaient détenus avec ces prêtres et dont trois devaient périr le lendemain, s’échappèrent avec eux, saisirent les fusils de leurs gardiens et firent feu sur les Révolutionnaires.

Le jour qui commençait à percer le brouillard, fait craindre à Châtillon qu’on ne remarque enfin le petit nombre de ses soldats. Afin de n’être pas enveloppé, il fait battre en retraite par la route de Rennes. Son but était atteint, il avait voulu montrer que Nantes n’était pas à l’abri d’un coup de main, et il voulait forcer les Républicains à y maintenir une forte garnison, afin de n’avoir pas à lui opposer dans les campagnes des troupes aussi nombreuses… »

Voici quelques noms de Républicains tués dans l’affaire du 28 Vendémiaire :

François-Jean-Baptiste Savariau*, notaire, juge au tribunal civil, natif de la Garnache, époux de Marie-Anne Brosseau, tué par les Rebelles le 28 Vendémiaire sur le Pont de la Bourse à cinq heures du matin, 65 ans (vue n°10/128 cote 1E245).*Notaire, procureur fiscal de la juridiction de la Livernière, le Pallet- Procureur fiscal du marquisat de la Gallissonnière avant la Révolution – Il rédige le cahier de doléances…

Jean-Baptiste Pellerin, commis négociant de Chateauthébaud époux de Marguerite-Désirée Leprévost-Bourgerel, tué en combattant les Rebelles, le 28 Vendémiaire à 5 heures du matin, route de Rennes, 24 ans. (15éme section vue n°2/19)

Pons Espitallier, tailleur d’habits, natif de Bargenton (Var), divorcé de Marie-Elisabeth Drouchaud, tué par les Chouans le 28 Vendémiaire au poste de Rennes vers 3 heures du matin, 39 ans. ( 14ème section,Vue n°4/29).

François Hubert, marchand de plumes, natif de Chansecret près de Domfront (Orne), époux de Louise-Marie Savary, tué le 28 Vendémiaire à 4 heures du matin d’un coup de fusil à la tête qu’il reçut des Rebelles. (13ème section vue 6/30).

Louis-Thomas Mary, tailleur d’habits, époux de Françoise-Jeanne Delcusy, de Saint Léonard de Nantes, tué au poste de Rennes le 28 Vendémiaire, 23 ans. (13ème section, vue n°6/30)

Jean-Pierre Laporte, rentier, veuf de Marthe Casenove, natif de Tarbes, décédé suite blessures du 28 Vendémiaire, 70 ans. (16ème section vue n°4/36).

Pierre Langouet, rapeur de tabac, époux de Julienne Poirier, né à Bourg des Comptes (Ile et Vilaine), tué par les rebelles à leur entrée dans la ville de Nantes, le 28 Vendémiaire de l’an 8 à 4 heures du matin. (2éme section, vue n°3/28).

Paul Laigneau, militaire, 22 ans, d’Agen (Lot et Garonne), mort de ses blessures à 5 heures du matin. (3ème section, vue n°2/24).

Jean Hudomme, taillandier, de Saint-Clément de Nantes, époux d’Angélique Legris, mort des suites de ses blessures reçues par les Rebelles, 44 ans. (5ème section vue n°3/25)

Jacques-Dominique Viau, tué par les insurgés, appartenant à une compagnie franche de Nantes, trouvé mort au collège, tué d’un coup de feu, officier marin, 29 ans (6ème section vue n°4/33). Un noyeur de Carrier ?

Christophe Hervé, perruquier, de Gannay sur Loire (Allier), époux de Jeanne Guillet, mort de ses blessures reçues le 28 Vendémiaire par les Rebelles, 42 ans. (vue n° 4/34, 8ème section).

Charles-François Fremont, capitaine, 1er bataillon de la Loire-Inférieure, époux de Marie-Jeanne Vreusse de Saint Saturnin de Nantes, mort de ses blessures le 28 Vendémiaire, 33 ans. (Vue n°4/29- 9ème section).

Jean-Marie Gautier, manœuvre, de Nantes, époux de Perrine Sauvage, 32 ans, tué le 28 Vendémiaire par les Rebelles. ( vue n°5/29, 9ème section).

Jean-Claude Girouard, époux de Catherine Castel, natif de Loches (Indre et Loire), 59 ans, mort de ses blessures reçues par les rebelles. (vue n°10/128, 10ème section).

Pierre-Nicolas Defacy, chef du troisième bataillon de la 14ème demi-brigade, mort des suites de ses blessures. (10ème section, vue n°11/128).

Pierre Poissonneau, cordonnier, natif de Varades, décédé des suites de ses blessures, 37 ans. (vue n°3/30, 13ème section).

Jean-Louis Dezournois, brigadier, 2ème régiment, de Saint-Germain-en-Laye, décédé des suites de ses blessures. (vue n°4/30, 13ème section).

http://chemins-secrets.eklablog.com/nantes-1799-a136975820

Numéro premier, un cadavre ayant un coup de feu à la région hypogastrique, vêtu d’un pantalon de drap brun mélangé, un gillet de bazin, et une chemise, le tout ensanglanté, lequel cadavre a été reconnu pour être le citoyen Bernier, rentier, rue Contrescarpe, par les citoyens Menard, officier de santé, nous accompagnant, Pelet, coiffeur du dit Bernier et Brosnais, chef de brigade de la garde Nationale.

Numéro deux, un autre cadavre, marqué d’une ancienne cicatrice, prenant de la commissure des lèvres du côté droit et s’étendant au menton, ayant un coup de feu à l’arcade sourcillère droite pénétrant dans le cerveau, vêtu d’un habit d’uniforme garde nationale, et une chemise, le tout très ensanglanté, lequel cadavre a été reconnu pour être le citoyen Pellerin, négociant, rue Contrescarpe, par les citoyens Louis Thomas et Nicolas Burgevin.

Numéro trois, un autre cadavre ayant un coup de feu à la partie supérieure du sternum et quatre coups de bayonnettes au thorax, vêtu d’une culotte de drap gris, et une chemise, le tout très ensanglanté, lequel cadavre a été reconnu pour être le citoyen Mari, frippier, rue Contrescarpe, par le citoyen François Chevalier son beau frère et Petit, coiffeur.

Numéro quatre, un autre cadavre ayant un coup de feu à l’omoplate du côté droit pénétrant dans la cavité de la poitrine, vêtu d’un pantalon de coton siam,un gillet de futaine et une chemise, le tout très ensanglanté, lequel cadavre a été reconnu pour être le citoyen Espitalier, tailleur, rue de la Fosse, par les citoyens Novion, greffier et Chevalier, frippier.

Numéro Cinq, un autre cadavre ayant un coup de feu à deux doigt au dessous du nombril, pénétrant dans la capacité du bas ventre   ; vêtu d’un habit uniforme   ; veste et gillet blanc, culotte de velour de coton brun rayé, bas de laine, souliers et chemise, le tout très ensanglanté, lequel cadavre a été reconnu par les citoyen Guillet, commissaire de police et Chevalier, frippier, pour être le citoyen Hubert, plumassier,quai Tourville.

Numéro six, un autre cadavre ayant un coup de feu à la partie supérieure du sternum, pénétrant dans la cavité de la poitrine   ; vêtu d’un habit uniforme, d’un gillet rouge, d’une culotte noire, bas de laine, un soulier et une chemise, ayant dans ses poches, quatre cartouches, une poudrière, une bougie et quelques papiers, lesquels effets nous avons mis sous enveloppe et scellé de notre cachet, lequel cadavre a été reconnu pour être le citoyen Savariau, juge au tribunal civil de ce département, demeurant isle Feydeau, quai Lowendal, numéro premier, par les citoyens Novion, greffier, Menard officier de santé et Guittet, commissaire de police.

Numéro sept, un autre cadavre ayant un coup de feu au cartilage cricoïde et un coup de bayonnette dans la partie moyenne de la poitrine, deux autres à la tempe et à la joue gauche, vêtu d’un habit uniforme portant des galons de sergent, un gillet rouge, une culotte de velour coton gris, une paire de bas noirs, souliers, chapeau et giberne, lequel cadavre a été reconnu pour être le citoyen Thibault, cirier, Haute Grande Rue,par les citoyens Guillet commissaire de police, Chevalier frippier et Nicolas Huguet.

Numéro huit, un autre cadavre ayant un coup de feu à la trachée artère, un autre à l’aine gauche, un coup de sabre à la tête, vêtu d’une carmagnole gris fer, collet et parements de velour noir, bottines, cheveux en queue, une chemise, ayant dans les poches une liste de douze noms de guerre, un scapulaire de satin blanc ensanglanté portant une couronne brodée en soie verte, un lien de fil blanc au milieu de la couronne  ; un cœur brodé en soie rouge, plus un tire bourre, la dite liste portant les noms suivants  : Armand Piron caporal, la Jeunesse, Saint Georges, Chapecoquin, Verse à Boire, Châteaubriant, Passe partout, Cartouche, la Consciance, La Gayeté et la France, lequel cadavre portant sur sa carmagnole une contre épaulette en soie noire, petits boutons de métal blanc unis, de la taille de cinq pieds quatre pouces, ayant la figure ronde, cheveux châtains, nez et bouche moyenne, sans barbe et de l’âge d’environ vingt deux ans n’a été reconnu par personne (royaliste) et nous avons mis sous les scellés et enveloppe, les effets trouvés dans ses poches.

Numéro neuf, un autre cadavre ayant un coup de feu à l’oreille droite, pénétrant dans le crâne : vêtu d’un seul pantalon bleu, cheveux courts et frisés, corps et figure très maigres, nez crochu, bouche ordinaire, taille d’environ cinq pieds un pouce ayant l’air d’un homme de campagne, n’a été reconnu par personne (Royaliste).

Numéro dix, un autre cadavre ayant un coup de feu à la région hypogastrique, pénétrant dans l’abdomen, taille de cinq pieds deux pouces, né pointu, bouche moyenne, cheveux bruns en rond, vêtu d’un gillet de laine grise, boutons blancs d’os gillet d’Espagnolette blanche, pantalon de cotonnade bleu ; nous avons trouvé dans les poches un passeport n°901 du canton du Lion d’Or d’Angers, du onze germinal an sept, portant pour nom François Sansais domicilié du dit canton, profession de garçon de labourage, pour aller dans tout le département de Maine et Loire, lequel passeport nous avons mis sous enveloppe et scellé, lequel cadavre n’a été reconnu par personne (royaliste).

Numéro onze, un autre cadavre ayant même costume que le premier, n’ayant point de culotte, ayant des épaulettes de laine verte à franges, une épinglette à la boutonnière, cheveux noirs, figure ronde, de l’âge d’environ vingt et un ans, taille cinq pieds un pouce, ayant dans les poches une reconnaissance signée Lebebvre prêtre vic, un état de liquidation, un reçu signé R. Livenai, une quittance signée Terrier, lesquels papiers nous avons mis sous une enveloppe que nous avons scellé de notre cachet, lequel cadavre ayant un coup de feu au bas ventre, à quatre travers de doigts au dessous du nombril, et n’a été reconnu par personne. (Royaliste). Ce fait, nous avons payé six francs aux trois citoyens qui ont transporté les cadavres et qui se sont retirés. De tout quoi nous avons rapporté le présent procès verbal sous signatures du citoyen Menard, du greffier et la nôtre, les autres citoyens s’étant retiré pour retourner à leurs postes, les dits jour et an, signé Ménard officier de santé, Cuipart et Novion greffier. Pour expédition conforme signé Novion greffier. Fait en la maison commune de Nantes, sous mon seing les dits jour et an. »’

signé Barbier officier public (Nantes-Décès an 8 cote 1E248, vue 6). 

http://chemins-secrets.eklablog.com/nantes-1799-a136975820

 

 

Publicités

Les noyades de Nantes organisées par le Conventionnel Carrier.

Ce qui suit est tiré du site : Le point.fr

http://www.lepoint.fr/c-est-arrive-aujourd-hui/16-novembre-1793-a-nantes-l-infame-carrier-fait-noyer-90-pretres-refractaires-dans-la-loire-16-11-2012-1529655_494.php

Carrier et ses « baptêmes de prêtres réfractaires dans la Loire»)

« Certains ont inventé la chambre à gaz, Jean-Baptiste Carrier, lui, a mis au point la « déportation verticale » dans le fleuve. L’objectif est toujours le même : éliminer rapidement et à moindres frais des condamnés trop nombreux. Pour se faire la main, l’envoyé de Paris, chargé de mettre fin à la révolte vendéenne par tous les moyens, commence avec 90 prêtres réfractaires emprisonnés à Nantes, qu’il fait noyer dans le « fleuve républicain ».

Le 25 octobre, le Comité révolutionnaire de Nantes les a faits emmener dans une prison flottante, La Gloire, ancrée devant la Sécherie. La veille, le 15 novembre, il a demandé au commandant chargé de la surveillance des prêtres de supprimer toute garde cette nuit-là afin qu’il n’y ait pas de témoins de la noyade. Il fait même preuve d’un machiavélisme admirable en faisant croire aux prisonniers qu’ils seront emmenés la nuit suivante au château de la Musse et leur recommande donc de déposer entre les mains du commandant tous leurs objets précieux qui leur seront rendus une fois arrivés dans leur nouvelle prison.

Ils sont fouillés, dépouillés des objets de valeur conservés sur eux. On leur demande même de retirer leurs vêtements et leurs chaussures. Ils sont alors liés à deux, puis jetés à l’intérieur de la gabare. Le transfert se fait dans le calme. Les prêtres ne se doutent pas du sort funeste qui les attend. Il n’y a que le curé de Machecoul qui s’inquiète en voyant sur le fond du bateau des pierres plates et blanches cachant des trous. Voyant de l’eau s’infiltrer, il conseille à ses voisins de se donner l’absolution l’un à l’autre. Ainsi font-ils.

Témoignage accablant

Une fois le transfert achevé, Lamberty et ses hommes embarquent sur un bachot (un canot) puis coupent les amarres de la gabarre que la marée descendante entraîne. Quand l’étrange convoi passe devant la batterie flottante de la Samaritaine, le canonnier Vailly, en faction, leur fait signe de s’arrêter. Voici son témoignage accablant : « Environ minuit et demi, huit particuliers de moi inconnus se sont approchés du bord dudit ponton montés sur un canot ; je les ai hélés et, au mot de qui vive, il m’a été répondu : Commandant, nous allons à bord. En effet, ils se sont approchés et m’ont demandé la liberté de passer avec un gabareau, qu’ils me dirent être chargé de 90 brigands, que j’ai su depuis être 90 prêtres. Je leur ai répondu que la consigne qui m’était donnée était de ne laisser passer aucun bâtiment, que l’on ne m’apparaisse d’ordre supérieur. Sur ma réponse, l’un de ces individus, nommé Fouquet, me menaça de me couper en morceaux, parce que, ajouta-t-il, lui et sa troupe étaient autorisés à passer partout sans qu’on pût les arrêter. Je leur demandai à voir leurs pouvoirs, ils obéirent et me présentèrent un ordre conçu à peu près en ces termes, et signé Carrier, représentant du peuple : Permis aux citoyens Fouquet et Lamberty de passer partout où besoin sera avec un gabareau chargé de brigands, sans que personne puisse les interrompre ni troubler dans ce transport. »

Puis le canonnier Vailly poursuit : « Muni de l’ordre du représentant Carrier que Fouquet et Lamberty venaient de me présenter, je ne crus pas devoir insister davantage ; en conséquence, les particuliers montant le canot et le gabareau contenant les individus passèrent sous la batterie du ponton où j’étais en faction, et un quart d’heure après, j’entendis les plus grands cris partir du côté des bateaux qui venaient de se séparer de moi et, à la faveur du silence de la nuit, j’entendis parfaitement que les cris de ceux que j’avais entendus auparavant étaient ceux des individus renfermés dans le gabareau, que l’on faisait périr de la façon la plus féroce. Je réveillai mes camarades du poste, lesquels, étant sur le pont, ont entendu les mêmes cris, jusqu’à l’instant où tout fut englouti. »

Trois prêtres s’échappent

Le canonnier a tout entendu, mais n’a rien vu. Effectivement, la gabare poursuit sa descente du fleuve, dépasse les villages de Trentemoult et Chantenay. Lamberty attend l’endroit idoine pour agir. Le voici, juste avant l’île Cheviré. La profondeur est suffisante pour engloutir la péniche. Il fait signe à ses hommes de défoncer ses sabords à coups de marteau. L’eau envahit la cale, où les prêtres, commençant à se rendre compte qu’ils vont bientôt rencontrer le Créateur, se mettent à hurler de désespoir, à supplier pour qu’on leur porte secours. Un des bourreaux a l’idée de leur faire une bonne blague, il grimpe sur le chaland en train de couler pour faire semblant de vider l’eau au moyen d’une poêle à châtaignes percée de trous. Que c’est amusant ! Mais les prêtres, qui ont déjà de l’eau à mi-cuisse, ne goûtent pas la plaisanterie. L’affreux plaisantin rejoint ses compagnons dans la barque, qui s’éloigne pour éviter d’être entraînée par le remous du chaland. Bientôt, les cris s’évanouissent. Le calme est revenu sur la Loire. Dieu accueille les siens.

Lamberty demande alors à ses hommes de ramer jusqu’à l’endroit où la gabare a coulé pour vérifier l’absence de survivants. Il a raison, car plusieurs malheureux, encore liés deux par deux, sont parvenus à s’échapper de leur prison. Ils luttent désespérément pour éviter la noyade. Mais quelques coups de rame bien placés les amènent vite à la raison. Bientôt, les flots du fleuve ont retrouvé leur calme. Lamberty ricane, content de son oeuvre de mort. Les noyeurs regagnent la rive, où chacun rentre chez soi satisfait du devoir accompli. Voilà 90 « corbeaux », ennemis de la République, qui ne coûteront plus cher à nourrir. Quant à Lamberty, il file prévenir Carrier de l’efficacité de la méthode.

Pourtant, le lendemain, on apprend que trois prêtres ont réussi à filer dans le noir après s’être détachés. L’un a été repêché et les deux autres ont atteint la rive. Tous trois ont trouvé refuge sur un navire, ancré à proximité, L’Imposant. Aussitôt, Carrier les réclame au capitaine pour les faire noyer le soir même. Les malheureux n’ont gagné qu’un jour de vie. Pourtant, un prêtre a survécu au massacre, il s’agit de l’abbé Julien Landeau, curé de Saint-Lyphard. Mal ficelé, il avait réussi à détacher ses liens l’unissant à un vieux moine. Échappant aux coups de rame, ils s’étaient éclipsés dans la nuit. Le vieux moine se noiera. Il n’y a qu’un unique survivant

Au cours des jours suivants, de nombreux cadavres sont repêchés sur les berges de la Loire. Ils ont pu s’échapper par les sabords trop grands ouverts, ou bien le chaland s’est brisé contre un banc de sable. C’est embêtant, car la rumeur de l’affreuse noyade se répand dans Nantes. Mais Carrier peut se rassurer, car nul n’ose s’en insurger de peur des conséquences. Il reste une dernière chose à faire à Lamberty et à ses hommes : récupérer les biens des prêtres restés à bord de leur prison et qu’ils n’ont pas pu emporter la nuit du crime.

La méthode de la « déportation verticale » a prouvé, malgré quelques imperfections, son efficacité. Jean-Baptiste Carrier décide de l’appliquer à grande échelle pour se débarrasser des milliers de Vendéens qui encombrent la prison de la ville. Entre les derniers jours de 1793 et février 1794, de 1 800 à 4 800 victimes disparaissent dans la Loire. »

Cette horreur va durer du e 16 novembre 1793 jusqu’en mars 1794. Il est à noter que Carrier ne sera pas guillotiné pour ses nombreux crimes ! Non ! il le sera pour une suspicion bien plus grave que tous ces crimes. En effet, le député de Seine et Oise, Charles-François Dupuis à la tribune de l’assemblée nationale va accuser Carrier de menées royalistes et contre-révolutionnaires !!!. C’est pour cela qu’il sera jugé puis guillotiné le 16 décembre. Jusqu’à son procès il occupe benoîtement le poste de secrétaire de la Convention.

Elle est belle la république !

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2017/11/cest-arrivé-un-16-novembre.html

La chapelle Saint-Pierre-es-Liens lieu d’un massacre commis par une colonne infernale en mars 1794.

LA CHAPELLE SAINT-PIERRE-ÈS-LIENS* . ( La Chapelle Basse-mer-44450).

*http://www.chire.fr/A-151082-la-chapelle-saint-pierre-es-liens.aspx

Sur la rive gauche de la Loire à 20 kilomètres de Nantes, la Chapelle Saint-Pierre-ès-Liens était la chapelle d’un prieuré bénédictin qui dépendait de l’abbaye de Marmoutier. 

Au XIIe siècle, avec le départ des moines, elle devient l’église paroissiale de la Chapelle Basse-Mer. Avec le déplacement du bourg, au XIVe siècle, elle devient chapelle secondaire. 

À la Révolution, elle est vendue à des particuliers qui la redonnent à la paroisse. En 1797, elle est de nouveau nationalisée et rachetée par les mêmes paroissiens qui la restaurent et en confient la gestion à la paroisse. 

En mars 1794, en pleine Terreur, elle devient un lieu de massacre puisque plusieurs dizaines d’habitants y trouvent la mort brûlés vifs par la colonne infernale « le Cordelier ».  Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Étienne_Jean-François_Cordellier-Delanoüe

En 1905, à la suite de la nationalisation des biens du clergé, faute de moyens, la paroisse l’abandonne et elle devient une décharge publique jusqu’au 13 mai 1993, date à laquelle elle est rachetée et confiée à l’association « Mémoire du Futur » qui entreprend sa restauration.

Depuis 1993, l’association de sauvegarde du patrimoine « Mémoire du Futur de l’Europe », incarnée par un homme passionné, Reynald Secher*, à la tête d’ une équipe de jeunes bénévoles, travaille un mois chaque année pour restaurer ce bâtiment religieux afin de le tirer de l’oubli, de le faire renaître et, à terme, en faire le Mémorial de l’extermination de la Vendée.

https://dartagnans.fr/fr/projects/restauration-de-la-chapelle-saint-pierre-es-liens/campaign

 

18 individus condamnés a mort le 20 prairial an 9, par le premier conseil de guerre de la 12e division militaire siégeant à Nantes ( Loire Inférieure)

EXTRAIT DU PUBLICATEUR DE NANTES

CONTENANT LA RELATION DES PRINCIPAUX CRIMES COMMIS PAR LES 18 INDIVIDUS CONDAMNÉS A MORT LE 20 PRAIRIAL AN 9 *, PAR LE PREMIER CONSEIL DE GUERRE DE LA 12e DIVISION MILITAIRE.

* 9 juin 1801 (Vieux style)

Nantes, 21 prairial an 9 de la république. (10 juin 1801)

Une bande d’assassins et de voleurs infestait depuis long-tems le département de la Loire inférieure ; elle avait des chefs, des armes et l’habitude du crime ; elle portait la terreur dans les campagnes ; faisait contribuer les acquéreurs de domaines nationaux ; volait, à main armée, les caisses des percepteurs ; arrêtait les diligences ; liait, garrotait, menaçait d’incendier les maisons, de brûler leurs habitans, et se signalait de tems en tems par d’horribles assassinat

1 – Mulot, dit Ruinart, ou le Diable ;
2 – Tripon, dit l’Espérance ;
3 – Louis Menard, dit Sans-pouce, ou Pouce Coupé ;
4 – Pierre Chateigner ;
5 – Lelièvre ;
6 – Pierre Marchais ;
7 – Pajot ;
8 – Julien Lenoir, dit la Joie ;
9 – Joseph Ehas, dit Belle-Vaisselle, ou Tranquille ;
10 – Joseph Vengeant ;
11 – Louis Leray ;
12 – Hamon, dit Marie-Jeanne ;
13 – Denieul, dit le général Cantique
14 – Coconier, dit Bellevue ;
15 – René Bucher ;
16 – Geffroy, dit Saint-Yves ;
17 – Michel Mary
18 – et Pierre Guyon

DISCUSSION VOIR :

Les personnes dont les noms sont rapportés dans les lignes qui précédent peuvent-elles être considérées comme des victimes de la Révolution, rentrant à ce titre dans les travaux de VOIR ou bien sont-ce des bandits de grands chemins comme semble en témoigner la mention « Une bande d’assassins et de voleurs infestait depuis long-tems le département de la Loire inférieure » qui inaugure ce post ?

Si nous les avons intégrés parmi les «  victimes «  dont VOIR se préoccupe c’est que au delà de l’aspect « banditisme «  qu’il ne paraît pas possible de nier, la cause idéologique de ces exécutions ne peut être niée. Nous en donnerons trois preuves ;

a) La source du post

La Maraîchine Normande

EN MÉMOIRE DU ROI LOUIS XVI, DE LA REINE MARIE-ANTOINETTE ET DE LA FAMILLE ROYALE ; EN MÉMOIRE DES BRIGANDS ET DES CHOUANS ; EN MÉMOIRE DES HOMMES, FEMMES, VIEILLARDS, ENFANTS ASSASSINÉS, NOYÉS, GUILLOTINÉS, DÉPORTÉS ET MASSACRÉS …

 b) La mention ci-après établissant des liens entre les actions répréhensibles et la proclamation qu’elles n’étaient pas sans lien avec le service du roi .

Parmi les condamnés, on distingue L. Menard, chef de la bande, qui donnait des quittances au nom du roi, signées tantôt le chevalier de Chamigny, tantôt le prince de Beauveau

c) La conclusion de l’article source et sa référence explicite à la « guerre civile «  grand pourvoyeuse des victimes dont VOIR a entrepris la collecte.

Voilà le funeste résultat des guerres civiles. L’humanité gémit de ne pouvoir être vengée que par le sang. Puisse la triste hécatombe qui se prépare, être une leçon terrible et salutaire ! Puisse le glaive de la loi n’avoir plus à punir tant de coupables et tant de forfaits !

http://shenandoahdavis.canalblog.com/