LUTHENAY-UXELOUP (58) – Une messe de minuit à Uxeloup (58240) en1793

108216242
Extrait de la carte dite de Cassini . https://fr.wikipedia.org/wiki/Carte_de_Cassini

24 décembre 2015

LUTHENAY-UXELOUP (58) – UNE MESSE DE MINUIT A UXELOUP EN 1793

On sait tout ce que la messe de minuit à d’attrayant pour tout le peuple chrétien ; tous les coeurs sont remplis de reconnaissance et d’amour à cette heure solennelle, à laquelle un cantique jusque alors inconnu à la terre retentit dans les airs : Gloire à Dieu et paix aux hommes.

Les démolisseurs sacrilèges de 1793 ont bien pu piller les églises et dévaster les sanctuaires, mais ils n’ont pu bannir du coeur des chrétiens le souvenir de leurs saintes solennités, et le désir de les voir rétablies. Quelquefois même, au risque d’être traînés devant les tribunaux révolutionnaires, ces chrétiens fidèles saisissaient avec empressement les occasions de satisfaire leur piété. C’est ce qui arriva à Uxeloup, petite paroisse de Nevers.

Le 25 décembre 1793, ou bien, en langue révolutionnaire, le 4 nivôse de l’an II de la république française une et indivisible, l’église d’Uxeloup,  petite paroisse de Nevers, révolutionnairement fermée au culte, ….recouvrait une animation inaccoutumée.

De pieuses femmes avaient tapissé de draps blancs ses murs dénudés ; une table rustique, recouverte des linges les plus fins qu’avaient conservés les armoires de la dame d’Uxeloup, se dressait à la place de l’autel sept fois séculaire, dont le marteau démolisseur avait dispersé les pierres ; les girandoles du château illuminaient de leurs nombreuses bougies ces nouvelles catacombes. Isolément et sans faire de bruit, les fidèles du hameau s’étaient rendus à l’église ; à minuit, un prêtre réfractaire, M. l’abbé Fontblave, précepteur des enfants du château, sort de sa retraite et célèbre les saints mystères. Avec quelle piété cette messe fut entendue par les fidèles privilégiés qui y étaient admis ! Se rassembler ainsi pour assister à la messe, était alors un des plus grands crimes, et la mort s’ensuivait lorsque les coupables étaient découverts.

Le 26 avril suivant, 3 floréal de ce même an II, le peuple de Nevers est convoqué par le député de la convention nationale, Noël Pointe, dans le temple de la Raison, – ainsi on nommait alors notre antique cathédrale de Saint-Cyr, – à l’effet de s’expliquer sur la conduite des détenus qui encombrent les prisons.

Claude-Laurent Chambrun, ci-devant seigneur d’Uxeloup, est amené devant le peuple. Plusieurs citoyens déclarent qu’il est à leur connaissance qu’entre autres crimes, ledit Chambrun a retiré chez lui des prêtres réfractaires, qu’il a fait dire des messes nocturnes à sa campagne … que sa femme, Marie-Madelaine-Charlotte-Michel, est aussi très-fanatique … et que leurs enfants ont émigré … etc.

Et maintenant, suivez-moi à Paris  (NDLRB; ou plutôt à Nevers , selon la dernière référence de cette page). Nous sommes au 4 thermidor, – 27 juillet 1794, – devant le tribunal révolutionnaire. Sont condamnés à mort et exécutés pour les faits que nous venons de rapporter, Claude-Laurent d’Uxeloup père, un de ses fils, qui l’avait accompagné à Paris, sans être lui-même sous le coup d’aucun jugement, et vingt autres personnes de Nevers, peut-être, la plupart, complices de la messe de minuit.

Bulletin de la Société nivernaise des sciences, lettres et arts – premier volume – 1854

http://shenandoahdavis.canalblog.com/

Claude Laurent CHAMBRUN d’UXELOUP de ROSEMONT, secrétaire du roi †1794 (Conseiller, secrétaire du roi au Parlement de Lorraine., guillotiné en 1794)                                                                                  http://gw.geneanet.org/pierfit?lang=fr&p=jacques&n=chambrun+d+uxeloup+de+rosemont

 

Les messes clandestines pendant la Révolution

https://books.google.fr/books?id=pRavigXNc6QC&pg=PA129&lpg=PA129&dq=Claude-Laurent+d’Uxeloup&source=bl&ots=FNUQhWzLya&sig=ideBkfJY2WoE56OUO2sOqvPn2is&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjutPPv4_vJAhVK7BQKHdm4BvIQ6AEIIDAD#v=onepage&q=Claude-Laurent%20d’Uxeloup&f=false

 

Publicités